Histoire d’une lettre

Les amateurs d’Histoire apprécieront l’article de Thierry Sanchez dans le 7eme numéro de la revue Le Maghrebophila, distribuée électroniquement via la plateforme ISUU, qui s’attarde sur une lettre envoyée de Bouarfa pendant la seconde guerre mondiale. L’article « Toute une histoire cette lettre de Bouarfa… » m’a beaucoup plu car il montre comment une simple marque postale peut être reliée à une histoire méconnue du Maroc. Beaucoup pensent que la philatélie n’est plus aussi attractive en tant que hobby, ou que tout ou presque a été découvert. Or cet article donne une idée du spectre que peut couvrir par la philatélie et ce qu’elle permet d’accomplir. Un aspect utile est que la découverte de telles lettres/marques permet d’établir une liste des prisonniers ou des forces militaires présentes dans une région à une période précise. L’auteur remonte le temps pour expliquer le contexte de l’époque – même avant guerre – et arrive à montrer comment le Maroc sous Protectorat a pris part malgré lui à la guerre 39-45.

L’armée française est présente sur le territoire marocain depuis le début du 20ème siècle et n’en est pas à sa première guerre. Sauf que pour trouver des informations sur des périodes où la censure règne ou encore où l’information est sommaire, contrôlée n’est guère simple. Il y a des aspects néfastes d’un conflit tels le déplacement des populations, les prisonniers de camps, le personnes enlevées dont on perd la trace. L’intérêt des lettres de guerre ou en temps de conflit permettent de résoudre certains mystères ou dates.

Depuis l’indépendance, une grande partie des archives de la présence française ont été rapatriées en France et la partie restée sur le sol marocain n’a pas été conservée proprement et souffre aujourd’hui après plus d’un siècle de l’effet du temps. Une archive nationale a été constitué il y a peu: ses effets bénéfiques ne se feront sentir que lorsque le travail d’archivage et de digitalisation aura été mis à disposition du public et des historiens.

La philatélie marocaine contient beaucoup d’histoires et d’anecdotes qu’il faut publier et faire connaître aux passionnés d’Histoire et aux non collectionneurs. Comme le timbre, sous chaque lettre se cache un histoire parfois non anodine. Les lettres de guerre sont de cet acabit. Autre exemple mais qui cette fois permet d’apprendre sur la Tunisie pendant WWII et les prisonniers de guerre, est l’article de M. Delbeke paru dans le numéro 2 du Maghrebophila intitulé « Tunisian POW mail from WWII ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *