Archives de catégorie : Zone Sud (1956-1957)

Timbres émis par l’administration postale marocaine en tant que Royaume depuis l’indépendance en 1956 dans la zone sud jusqu’à  la réunification des postes

1956 – Royaume du Maroc – Zone Sud – 3/3

<<<Previously in 1956 – Royaume du Maroc…

Dans le précédent article, la chronologie des émissions de la Zone Sud en 1956 a établi que les trois premières valeurs de la série courante ont été complété par les faciales à 30 et 50F, et que la série sur la Campagne de Lutte contre l’Analphabétisme clôt l’année.

Un thème d’importance

La première série commémorative de la nouvelle administration postale est aussi inspirée par le photographe Flandrin. Le thème Campagne de Lutte contre l’Analphabétisme permet d’aborder plusieurs sujets et donne une indication de la direction des thèmes du Palais donc de Poste Maroc naissante.

[

Mise à Jour du 16/03/2014: L’idée de la série coïncide avec  la parution de la série courante et l’actualité socio-politique de l’époque. Le mensuel Le Monde des Philatélistes de Juin 1956 (n°56)  dans sa rubrique France et Union Française, donne l’information de la création d’une série spéciale sur le sujet… mais avec des valeurs faciales différentes de celles retenues: 5F, 15F, 25F, 30F et 55 Franc. On apprend également que Charles Mazelin avait été commandité dans un premier temps pour la réalisation des poinçons mais ce sont au final plusieurs artistes qui seront conviés. Au cours de l’été 1956, Mazelin se blesse à la cheville et cela a éventuellement empêché qu’il en soit l’unique graveur (Le Monde des Philatélistes 1956 n°60 En quelques lignes Colonne 1)

Annonce de la série
Annonce de la série

 

Actualité sur Charles Mazelin
Actualité sur Charles Mazelin
Communiqué de la série avec nom des graveurs pour chaque timbre
Communiqué de la série avec nom des graveurs pour chaque timbre

]

Le Maroc sortant de son Protectorat est à la traine au niveau éducation: plus de 80% de la population est analphabète. Un article de Mohammed Larbi paru dans Libération en 2010 reproduit sur Maghress.com dresse les actions entreprises par le Maroc depuis 1956. Le taux a été divisé par 2 pour s’établir à 40%, et toujours le même constat entre la campagne et la ville ou homme/femme. En passant par Google/Bing/Yahoo, le Maroc est cité en exemple pour la continuité de sa lutte, sa persistance. Dans son livre « Nécrologie d’un siècle perdu: essai sur le Maroc », Omar Mounir consacre un chapitre intitulé « Quel analphabétisme à combattre ? », et permet de mieux mesurer l’enthousiasme de l’époque versus aujourd’hui.

En termes d’actions menées en 1956, je retranscrit un document scanné de l’UNESCO car de mauvaise qualité pour la lecture…

« La lutte contre l’analphabétisme au Maroc, dans sa situation actuelle, a été organisée par un Comité privé, indépendant du ministère de l’Education, qui fut créé à Rabat en 1950 par un groupe de militants appartenant à l’enseignement libre; mais son travail à l’échelle nationale commence en Février 1956 à l’occasion d’un Congrès qui aboutit à la création de la Ligue Marocaine pour l’Education de Base et la Lutte contre l’Analphabétisme.

Le 4 Avril 1956 (début du Ramadan), la première campagne nationale de lutte contre l’analphabétisme était inaugurée. Une affiche ad-hoc et une méthode de lecture (un seul livre)  furent lancées (1).

Le 12 Juillet 1956, la Ligue publiait le Manar al-Maghrib, journal d’éducation de base, qui parait régulièrement chaque semaine.

En 1957, une deuxième campagne nationale a été lancée et trois centres d’éducation de base ont été créés à Tiflet, Bouznika et Midelt. Seulement le dernier subsite »

N.B: J’aimerais bien voir à quoi ressemblait l’affiche. Si quelqu’un a la possibilité de partager les documents d’époque, envoyez moi un email.

Sur le terrain, en 1956, le Maroc n’est pas en reste, d’après le rapport annuel de l’UNESCO Annuaire International de l’éducation 1956, vol 18, entre les pages 280 à 288. En page 288, il est mentionné que l’action du gouvernement n’a effet au début que dans la zone Sud et qu’il y a besoin d’unifier le programme des 2 zones en un programme unique qui fera de l’arabe la langue de base. Quelques citations dans le début du rapport

  • En page 10, « Le ministère de l’Instruction publique a été organisé dans le cadre de l’indépendance du pays. Trois services s’occupant respectivement de l’enseignement supérieur islamique, de l’enseignement libre et de l’éducation de base ont été créés. Des mesures ont été prises en vue du développement de l’enseignement privé. »
  • En page 18, « En octobre 1956, on a ouvert 80 écoles nouvellement construites. »
  • En page 26, « Le nouveau programme fait de l’arabe la langue de base. »
  • En page 33, « Une commission a été chargée d’étudier les modalités d’arabisation et de développement de l’enseignement secondaire.
  • En page 40, « Une cité universitaire a été créée à Rabat. On se préoccupe de jeter les bases d’une université marocaine avec quatre facultés. On a entrepris la réforme de l’Ecole marocaine d’administration dans le cadre de l’arabisation de l’enseignement supérieur. »

Rachid Zaki, membre de l’association philatélique d’Agadir APA, est l’auteur de l’article « L’alphabétisation au Maroc », dans lequel il présente le contexte de la thématique et les émissions depuis 1956. Je vous invite à lire cet article utile pour mesurer l’importance des émissions en relation avec le développement du pays dans la philatélie du Royaume.

J’ai également trouvé très complet le chapitre L’alphabétisation et l’éducation des adultes, extrait de la thèse La Politique Éducative Au Maroc Et En Tunisie: Étude Comparée Des Objectifs De L’enseignement Primaire (1956-1984), de Lahcen Madi.

A posteriori, la décision de faire de la 1ère série spéciale, une série sur le thème de l’éducation et du développement sociale, est philatéliquement bonne: la richesse de la documentation, la longévité du thème, le(s) défi(s), la popularité des thématiques qu’il touche. Je ne m’ennuie pas d’approfondir sur ce thème et de trouver tant de références sur une émission que j’ai eu du mal à comprendre à mes débuts en tant que collectionneurs.

[Mise à jour du 16/03/2014:
Le 3 Novembre 1956, une série de 5 timbres (10F,15F,20F,30F,50F) est émise sous le nom Campagne de Lutte contre l’Analphabétisme. Artiste Flandrin, Graveurs pour chaque faciale Pheulpin (10F), Mazelin (15F), Munier (20F), Mazelin (30F), Dufresne (50F), Imprimeur Atelier de Fabrication des timbres postes à Paris, timbres verticaux, impression taille douce, perf 13, sont les principaux atouts de cette série. La fiche technique complète sera disponible dans la section timbres du site. A noter le portrait du roi en médaillon de chaque timbre de la série.]

Le Bulletin Officiel n°2290 du 14.09.1956 apporte aussi comme information le tirage (100’000 séries) et l’allocation de la recette ( moitié au profit de la Ligue marocaine pour l’éducation et la lutte contre l’analphabétisme). La campagne 1957 a touché près de 2 millions de personnes. L’association siège à Rabat et existe toujours.

Ligue marocaine pour l’éducation de base et la lutte contre l’analphabétisme
Adresse :
53, avenue Maghrib Al Arabi 10060 Rabat
Tel 1 : 05 37 70 95 15
Fax : 05 37 70 94 77

En Bonus: Non dentelés, Epreuves, Cartes, Premiers jours, Blocs…

Florilège de cette émission, riche en articles dont dérivent les timbres ou « dérivés » des timbres eux-mêmes 🙂

Les non dentelés

Les épreuves de luxe, d’artiste, et blocs spéciaux

Bloc Spécial avec les 5 timbres en quinconce/zigzag. Très rare
Bloc Spécial avec les 5 timbres en quinconce/zigzag. Très rare
Epreuve d'artiste du 10F signée par Flandrin
Epreuve d’artiste du 10F signée par Pheulpin
Epreuve d'artiste du 20F signée par Mazelin
Epreuve d’artiste du 20F signée par Munier

Les 1ers jours d’émission

Premier Jour avec tableau du 15F Cachet Casablanca - 2 timbres
Premier Jour avec tableau du 15F Cachet Casablanca – 2 timbres
Premier jour avec tableau du 20F
Premier jour avec tableau du 20F
Premier Jour avec tableau du 30F
Premier Jour avec tableau du 30F
Premier Jour avec tableau d'enfant apprenant à lire 3 timbres cachet fait à  Casablanca
Premier Jour avec tableau d’enfant apprenant à lire 3 timbres cachet fait à Casablanca
Premier Jour avec tableau d'enfant apprenant à lire 2 timbres cachet fait à  Casablanca
Premier Jour avec tableau d’enfant apprenant à lire 2 timbres cachet fait à Casablanca
Premier Jour Fantaisie sans rapport avec le thème
Premier Jour Fantaisie sans rapport avec le thème
Premier Jour très rare émis par la maison Cotter
Premier Jour très rare émis par la maison Cotter

Les cartes maximum

Wrap-up/Conclusions

Au sens de la chronologie, l’année 1956 dans la zone sud a connu l’émission de 5 timbres courants au portrait de S.M. Mohamed V et une série spéciale de 5 timbres:

  • 19.05.1956: Série courante S.M. Mohammed V 5F, 10F, 15F
  • 29.10.1956: Complément à la Série courante S.M. Mohammed V 30F(?), 50F (?)
  • 05.11.1956: Campagne de Lutte contre l’Analphabétisme 10F, 15F, 20F, 30F, 50F

En chiffres, il a fallu débourser

  • 235F, en 1956, dans la zone sud pour l’année complète.
  • Aujourd’hui, ces timbres côtent 31.75 EUR (2008).

J’ai utilisé un calculateur d’inflation basé sur la France faute d’en avoir trouvé un sur le Maroc pour savoir combien 235F de l’année 1956 valent fin 2012: 5 EUR. L’emploi de ce calculateur me semble valable car le Franc marocain est en 1956 indexé sur le Franc français et le catalogue de cotation de référence pour les côtes mentionnées, est Yvert, éditeur.

Ce calcul n’est pas fiable car il faudrait s’arrêter à 2008 en fait (dernière côte) mais donne une idée de la valeur prise: 26 EUR en 52 ans soit une progression moyenne de 0,5 EUR/an… Les catalogues de vente donnent une côte différente et souvent l’on peut se poser si certaines sont justifiées. Ce genre de calcul permet d’évaluer l’apport de certains timbres à la valeur d’une collection et l’estimation des lots.

J’espère que ces informations vous permettront d’avoir redécouvert une série qui est emblématique de l’euphorie de l’époque que l’accession à l’indépendance a générée. Quant à moi, je n’en ai pas fini d’apprendre, et digère encore toutes ces références.

Références

1956 – Royaume du Maroc – Zone Sud – 2/3

<<<Previously in 1956 – Royaume du Maroc…

Dans le précédent article, je mentionne que la première série courante est composée de 3 timbres seulement, alors que les catalogues de cotations listent à tord les 7 valeurs dans la même série… 362 à 368 pour Yvert, 408 à 414 pour Michel, 1 à 7 pour Scott,  comme si les 7 valeurs ont été prévues au départ… Seul Michel prend soin de préciser les dates d’émissions (mois et année)

Au regard de l’histoire postale, la classification des catalogues est fausse. Comme l’indique le Bulletin Officiel n°2265 du 23 Mars 1956 en page 295/296, seul 3 timbres sont prévus pour le régime intérieur et international:

Bulletin Officiel 2265

Le document est important car il fait en quelque sorte office d’acte de naissance, ou de bon de tirage des timbres à 5F, 10 et 15 Francs. Pour les dates, le décret de la création de ces timbres est signé le 6 Mars avant l’annonce au peuple faite le 7 Mars 🙂 Ce n’est que le 23 Mars, lors de sa publication dans le BO, qu’il n’entre en fonction.

Quand les archivent officielles parlent…

Quelques mois plus tard, le Bulletin Officiel n°2286 du 17 Août 1956 donne la réponse à nouveau: le décret du 4 Août autorise la création de 2 timbres à 30F et 50F valables pour les régimes intérieur et international.

Bulletin Officiel 2286

J’ai pu retracer grâce aux publications du BO, la chronologie des premières émissions, leur acte de naissance. La promulgation qui suit concerne….la première émission spéciale du Royaume, signée le 29 Août et publiée le 14 Septembre. Le premier jour d’émission de la première émission commémorative est le 3 Novembre 1956.

Bulletin Officiel 2290Toutes ces dates ne disent pourtant pas si la série courante est émise avant, avec, après la série commémorative. La réponse m’a été apporté par une carte maxi avec un timbre à 30F et un cachet d’oblitération…. du 29 Octobre 1956. Je n’ai pas trouvé d’équivalent pour le 50F mais l’on peut raisonnablement penser que les 2 timbres ont eu le même jour d’émission, s’ils ont été officialisés ensemble. Afin de s’en assurer il faut trouver un 50F oblitéré d’une date antérieur au 03.11.1956 avec une marque authentique, ou d’avoir une dépêche de la disponibilité du timbre dans une revue ou périodique,… Le cachet permet de placer les valeurs complémentaires de la série courante avant la série spéciale !

Série Courante Mohamed V 30FSérie Courante Mohamed V 50F

Premier Jour d’émission supposé:

Carte Maxi avec 30F et cachet CASABLANCA PPAL du 29.10.1956
Carte Maxi avec 30F et cachet CASABLANCA PPAL du 29.10.1956

Bonus: Les Non-dentelés et épreuves de luxe, d’artiste,…

Non Dentelé Série Courante Mohamed V 30F
Non Dentelé Série Courante Mohamed V 50F

Epreuve de luxe Série Courante Mohamed V 30FEpreuve de luxe Série Courante Mohamed V 50F

Epreuve d'artiste 30F rouge signée Mazelin
Epreuve d’artiste 30F rouge signée Mazelin
Bloc Special Perforé avec les 30F et 50F - credit Cérès Philatélie
Epreuve Collective Bloc Special Perforé avec les 30F et 50F – credit Cérès Philatélie
Epreuve d'artiste 50F violet - image retouchée - tâches présentes sur l'épreuve
Epreuve d’artiste 50F violet – image retouchée – tâches présentes sur l’épreuve

 

Wrap up / Conclusion:

Au sens de la chronologie, l’année 1956 dans la zone sud a connu l’émission de 5 timbres courants  au portrait de S.M. Mohamed V et une série spéciale de 5 timbres:

  • 19.05.1956: Série courante S.M. Mohammed V 5F, 10F, 15F
  • 29.10.1956: Complément à la Série courante S.M. Mohammed V 30F(?), 50F (?)
  • 03.11.1956: Campagne de Lutte contre l’Analphabétisme 10F, 15F, 20F, 30F, 50F

Dans le prochain article intitulé « 1956 – Royaume du Maroc – Zone Sud – 3/3 », je m’attarderais à présenter des lots inédits sur la série spéciale, une série dans tous ses états entre non dentelés, essais de couleur, épreuves, cartes, 1er jour,… Puis pour clore la zone sud, j’irais vagabonder du côté financier des 10 premiers timbres du Maroc indépendant.

🙂 Le Bulletin Officiel me sera d’une grande aide pour l’écriture des articles (jusqu’aux timbres émis en 1978) et j’essayerais de référencer ces entrées dans la bibliographie. 🙂

Références: